Info Loir-Et-Cher

De Lascaux à Instagram, la puissance des images en débat à Blois

12 octobre 2018 à 17h59 Par Nicolas Terrien
Jean-Noël Jeanneney, président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’Histoire à Blois
Crédit photo : Nicolas Terrien

Le président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, Jean-Noël Jeanneney, a introduit avec l’éclat que tous les fidèles de l’événement lui reconnaissent le thème de cette 21e édition : la puissance des images.

Plus qu’une tradition, c’est un rituel immuable. A lui seul un moment fort des Rendez-vous de l’Histoire ! Au fil du temps et des éditions qui passent, on ne se lasse jamais d’entendre Jean-Noël Jeanneney présenter le thème de l’année, celui que le conseil scientifique qu’il préside choisit avec discernement et rigueur pour offrir au public de quoi rassasier sa soif de connaissance, et flatter son amour de l’histoire... Et ce n’est pas pour rien que Jean-Noël Jeanneney en appelle à Clio -la muse de l’histoire- chaque année pour se prêter avec humour et érudition à cet exercice tant affectionné à Blois.

Ces images qui valent un bon discours !

La "captatio benevolentiae" est acquise, et l’ancien ministre se lance...  "Profusion, avalanche, tsunami... Nous ne sommes pas avares de mots forts pour tenter de quantifier l’affluence des images dont nous sommes sans cesse abreuvés, voire accablés !" : ces quatre jours de débats autour de la puissance des images sont justement l’opportunité de se refroidir le sang et "d’introduire de la distance et de mettre de l’ordre dans cette profusion d’images qui peuvent aussi parfois abêtir l’esprit". Bref, un travail d’historien finalement...

"Servir la lucidité des citoyens"

Depuis Lascaux ou la grotte Chauvet en 30 000 avant J.C. aux dizaines de millions d’images instagrammées -mais pas que...-, l’image a toujours prétendu refléter une réalité, sinon un symbole. De la Préhistoire à nos jours, chacun les utilise, en use, parfois en abuse, à des fins plus ou moins avouables d’égocentrisme ou de toute puissance. Les religions, les régimes politiques, la publicité, les réseaux sociaux : l’image est partout. "Ce sont un milliard de photos qui seraient prises chaque jour dans le monde" estime Jean-Noël Jeanneney. Allez, posons notre smartphone une seconde, pensons même à l’éteindre, et suivons –dans la mesure du possible – le maximum d’interventions à Blois ce week-end, de celles qui nous permettront de "servir notre lucidité".