Ligne Caen-Tours : le député rassure

22 juin 2018
Par Emilien Borderie
Damien Pichereau, député LREM de la Sarthe, se veut rassurant quant à l’avenir de la ligne ferroviaire Caen – Alençon – Le Mans – Tours. Même si la CGT elle, fait part de ses plus grandes craintes.

Il dit avoir "appris dans la presse la fermeture annoncée de la ligne" et le remplacement des actuels trains régionaux qui y circulent "par des autocars". Damien Pichereau, député sarthois de la majorité LREM, signe un communiqué ce vendredi 22 juin dans lequel il dément formellement une telle perspective : "Le gouvernement, pleinement conscient de l’importance du rail dans les mobilités du quotidien, n’envisage évidemment pas de supprimer la ligne Caen - Alençon - Le Mans - Tours !" écrit-il.

Trois millions d'euros de travaux

Argument de plus, le parlementaire rappelle l’imminence de gros travaux : "L’infrastructure de la ligne présente un état de fragilité que personne ne conteste et qui nécessitera une première phase de travaux estimés à trois millions d’euros d’ici 2020" chiffre-t-il. Et pendant le chantier, là, il le dit à demi-mot, des cars seront sans doute affrétés : "Il sera important de maintenir le service en proposant des solutions de substitution. Dès lors, plusieurs hypothèses pourront être envisagées".

A l'origine, des propos d'Hervé Morin

Quelques jours plus tôt, rapportant des propos tenus par Hervé Morin après une manifestation de cheminots au Havre, la CGT avait fait part, dans un document adressé aux médias et relayé par les élus communistes, de "menaces sérieuses" pesant selon elle sur l’axe Caen – Tours : le président du Conseil régional de Normandie aurait évoqué "le remplacement des trains par des cars" à l’horizon 2020, lorsque la collectivité dont il a la charge récupérera la gestion de cette ligne.