Info Sarthe

Le Mans : des centaines de personnes se rassemblent pour rendre hommage à l'enseignant assassiné

17 octobre 2020 à 18h21 Par Jonathan Lateur
Le rassemblement s'est déroulé sur le parvis de la préfecture de la Sarthe
Crédit photo : Jonathan Lateur

Au lendemain de la mort dans d’atroces circonstances d’un professeur d’histoire-géographie en région parisienne, près de 500 personnes se sont rassemblées au Mans pour lui rendre hommage.

Un rassemblement empreint d’émotion. Environ 500 personnes se sont retrouvées ce samedi après-midi devant la préfecture de la Sarthe, au Mans, pour rendre hommage à Samuel Paty. Ce professeur d’histoire-géographie dans un collège de région parisienne, à Conflans-Sainte-Honorine, a été victime, la veille, de la folie meurtrière d’un terroriste islamiste simplement pour avoir voulu enseigner la liberté d’expression à ses élèves. "Face à l’horreur, nos pensées vont d’abord aux proches de ce collègue et à tous ceux qui ont vécu cet attentat de près. C’est la première fois qu’un tel crime vise un enseignant. On atteint un lieu de savoir qu’est l’école, un lieu où on apprend la liberté et à avoir l’esprit critique" réagit Éric Demougin, secrétaire départemental de la FSU, premier syndicat dans l’Education.

Éric Demougin

"On est là pour réaffirmer qu’on ne se laissera pas intimider et que l’on continuera à faire notre métier"

Parmi les personnes ayant pris part au rassemblement, il y avait, logiquement, une majorité d’enseignants, sous le choc après ce drame : "Il y a une forme d’identification, c’est un collègue qui enseignait comme moi l’histoire-géographie. J’ai souhaité amener le manuel que Samuel Paty a utilisé avec ses 4e, comprenant le chapitre sur la liberté d’expression. On a aujourd’hui le besoin de se retrouver de manière républicaine et civique pour avoir ce moment d’hommage et montrer qu’on reste uni et qu’on ne se laissera pas submerger par ces tentations d’obscurantisme. On ne se laissera pas intimider, et comme le collègue l’a fait courageusement, on continuera à faire notre métier avec toute la liberté d’expression, la liberté pédagogique qu’on entend conserver" explique Jeoffrey-Gaylord Remaud, enseignant au collège Anjou à Sablé-sur-Sarthe.

Jeoffrey-Gaylord Remaud