Info Loir-Et-Cher

En vallée du Cher, un concours pour valoriser prairies et productions

10 avril 2019 à 18h00 Par Emilien Borderie
L'agro-écologie au service de productions de qualité

Les pratiques agro-écologiques font l’objet d’un concours organisé dans le pays de la Vallée-du-Cher et du Romorantinais. La finalité étant de rappeler l’importance de la sauvegarde des prairies, au service de la qualité des productions régionales.

On l’appelait autrefois "concours des prairies fleuries", une dénomination bucolique et poétique… mais qui laissait peut-être planer trop de doute sur le sérieux de l’affaire. Co-animé par le Comité départemental de la protection de la nature et de l’environnement ainsi que la Chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, le revoilà, baptisé "concours des pratiques agro-écologiques prairies et parcours" et organisé en vallée du Cher.

Le salon de l'agriculture en ligne de mire

Le lauréat de l’année aura l’honneur de prendre part au concours national, en 2020, lors du salon de l’agriculture, à Paris : le pays de la Vallée-du-Cher et du Romorantinais accueille cette année l’une des déclinaisons régionales du "concours des pratiques agro-écologiques prairies et parcours". L’objectif ? Promouvoir les pratiques et le savoir-faire des éleveurs en agro-écologie, car "les prairies ont un intérêt dans la conservation de la biodiversité, la qualité des paysages, et la conservation d’un patrimoine local" souligne-t-on.

Une reconnaissance du travail accompli

"C’est une reconnaissance de leur travail, de la prise en compte de la biodiversité dans leur système de production, et de la qualité de leurs produits" explique la Cambre d’agriculture loir-et-chérienne, appelant les exploitants à tenter leur chance. Pour ce concours, un jury local est créé, rassemblant des spécialistes aux compétences variées. Agronomie, botanique, apiculture et pollinisateurs sauvages, pour évaluer l’allure des prairies et les pratiques de gestion mises en application par les concurrents.

Mieux communiquer sur ses terres

La notation se fait de manière égalitaire, "selon une méthode nationale, qui permet de nombreux échanges" souligne-t-on, en ajoutant que "pour les éleveurs, c’est un moyen d’améliorer la connaissance de leurs prairies. L’organisation du concours permet de communiquer sur leur travail, et l’importance du lien entre biodiversité et qualité des produits". Détails auprès de Célia Dujardin, conseillère développement territorial pour la Chambre d’agriculture, au 02 54 55 20 16.