Info Normandie

Des centaines de morts à Alençon en ce 15 janvier... 1871

15 janvier 2021 à 11h36 Par Corentin Allain
Le combat d'Alençon par Paul Kauffmann, vers 1875

Il y a 150 ans tout pile, le 15 janvier 1871, la ville d’Alençon était le théâtre d’un conflit sanglant : environ 300 morts côté français, sûrement autant dans l’armée prussienne qui attaquait la cité. Et comme au Mans quelques jours plus tôt, c’est bien l’ennemi qui a fini par prendre le dessus.

L’armée française est en position au sud d’Alençon, alors que l’ennemi afflue du Mans, depuis Bérus et Saint-Rigomer-des-Bois : voilà, en gros, le plan de bataille au matin de ce 15 janvier. Qu’on se rassure, ce n’est pas aujourd’hui... C’était il y a 150 ans, tout juste, lors de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Un conflit dont on retrouve encore quelques légers vestiges : "Quand j’étais gamin, au moment de la construction de plusieurs lotissements au sud de la ville à Saint-Paterne et Arçonnay, de nombreux petits objets étaient ramenés à l’école par des copains, comme une baïonnette, une balle de plomb" raconte Jean-David Desforges, président de l’association des Amis du Vieil Alençon, qui fait vivre l'affrontement sur son site.

Une bataille un peu oubliée

Aujourd’hui, il reste peu de traces visibles du conflit de cette fin du XIXe siècle dans la capitale ornaise. Et d’ailleurs, toute cette guerre franco-prussienne de 1870-1871 est un peu tombée dans l’oubli, regrette Jean-David Desforges, qui l’explique par plusieurs points : "D’abord, c’est une défaite, et en France, on a peu l’habitude de commémorer les défaites, même si elles se jouent à peu de choses. Ensuite, il y a 14-18, puis 39-45, qui ont leurs jours de mémoire. Enfin cette guerre est aussi une crise de régime, puisque c’est le début de la Troisième République. Tout ça fait qu’il n’y ait pas eu de date officielle pour marquer tout ça dans les mémoires".

Le récit de la bataille par Jean-David Desforges