Dany Leprince : "Qu'on arrête les assassins de ma famille"

Dany Leprince

17 novembre 2022 à 13h01 par Jonathan Lateur et Emilien Borderie / crédit photo : Sweet FM

Dany Leprince publie, ce mercredi 16 novembre, un livre coécrit avec Bernard Nicolas, dans lequel il revient en longueur sur le massacre de Thorigné-sur-Dué. Le Sarthois, condamné à la perpétuité en 1997, s'est exprimé au micro de Sweet FM.

"Le principal combat pour moi, c'est d'obtenir la révision de mon procès et qu'on arrête les assassins de ma famille" lance d'emblée Dany Leprince, interrogé ce mercredi 16 novembre sur Sweet FM à l'occasion de la sortie d'un livre coécrit avec Bernard Nicolas, intitulé "Ils ont volé ma vie". Dans cet ouvrage, le Sarthois aujourd'hui âgé de 65 ans revient en longueur sur le quadruple-meurtre de Thorigné-sur-Dué : "Plusieurs de mes amis m'ont incité à raconter ce que j'avais vécu, et après tout ce n'était pas une mauvaise idée, puisque les jurés d'assises vous condamnent au nom du peuple français donc je me suis dit que ce serait bien que je dise, que je raconte ce que j'ai vécu réellement".

Dany Leprince :

"J'ai toujours fait confiance à la justice"

"Il est hors de question que je laisse ma famille massacrée comme ça dans l'anonymat, avec une instruction complètement aberrante, donc j'ai le devoir non seulement pour ma famille, mais aussi pour ma petite-nièce, de faire éclater la vérité et en même temps évidemment de faire reconnaître mon innocence" ajoute celui qui vit dans le Lot-et-Garonne depuis sa libération en 2016, sans pour autant avoir été acquitté et en étant donc toujours considéré coupable d'avoir tué son frère, sa belle-soeur et deux de ses nièces, Audrey et Sandra, respectivement âgées de 10 et 6 ans lors des faits, commis en septembre 1994. "La justice a du mal à se déjuger, ce n'est pas nouveau" soupire l'intéressé qui malgré dix-huit ans de prison, continue d'y croire : "J'ai toujours fait confiance à la justice, même si elle m'a beaucoup déçu".

Dany Leprince :
Bernard Nicolas et Dany Leprince

Parmi les nombreux paragraphes consacrés à la manière dont ont été conduites les investigations dans "l'affaire Leprince", Bernard Nicolas s'attarde sur l'audition de la petite Solène, nièce de Dany, âgée de 2 ans et quelques mois à l'époque : "Une psychiatre va dire que cette enfant n'est pas un haut-parleur, et que, assise sur les genoux de la juge d'instruction, comme elle frappe sur la photo de Dany Leprince en disant "tonton méchant !", elle a certainement vu la commission des crimes et donc on en déduit que c'est bien Dany Leprince qui a tué tout le monde". Selon le journaliste, "tout était bon, à ce moment-là, vu le manque d'éléments dans le dossier, pour accabler l'unique suspect".

Bernard Nicolas :