Info Sarthe

24 Heures : des Hypercars pour relancer le suspense

17 juin 2019 à 18h33 Par Jonathan Lateur
Exemple d'une hypercar qui prendra le départ des 24 Heures du Mans en 2021
Crédit photo : Aston Martin Racing

Avec l’apparition prochaine des hypercars, l’Automobile Club de l’Ouest s’apprête à changer le visage des 24 Heures du Mans. Un nouveau règlement technique qui devrait aussi relancer le suspense en piste.

Un bouleversement nécessaire. Après le doublé attendu de Toyota, seul constructeur officiel engagé cette année en LM P1, le changement de réglementation qui s’appliquera pour l’édition 2021 des 24 Heures du Mans devrait relancer le suspense en piste. La catégorie reine de la course va faire sa révolution avec l’apparition d’hypercars. Des bolides dérivés de modèles de sport ou produits en petite série d’une puissance maximale de 750 chevaux pour un poids de 1 000 kilos : "Ces hypercars, ce sont les voitures qui font le plus rêver tous les fans d’automobiles mais elles n’avaient pas de compétition dédiée. Les 24 Heures vont devenir le théâtre de cette bataille" se réjouit déjà Vincent Beaumesnil, directeur sport de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest).

L’hybride ne sera plus obligatoire

Le nouveau règlement technique prévoit également de rendre facultative l’installation d’un moteur hybride. Et pour limiter les performances des modèles qui en seront équipés, l’ACO définit un seuil de déclenchement de la restitution d’énergie : 120 km/h sur piste sèche et entre 140 et 160 km/h sur piste humide. Pour garantir la compétitivité de l’épreuve, tous les hypercars devront être capables de boucler un tour du circuit de la Sarthe en 3’30’’. De plus, pour maintenir l’équité entre les concurrents, un système de BoP (Balance of Performance) sera introduit : "L’objectif est d’avoir des budgets plus raisonnables. Les constructeurs ne pourront plus dépenser des millions en soufflerie pour développer leurs voitures" explique Gérard Neveu, directeur du championnat du monde d’Endurance.

Aston Martin et Toyota répondent présents

Quelques minutes après l’annonce de ce nouveau règlement, Aston Martin Racing a confirmé l’engagement de deux Valkyrie à moteur V12 développée par Red Bull. Des modèles conçus par Adrian Newey, l’ingénieur à l’origine du succès de l’écurie de F1. Peu de temps après, Toyota a également fait savoir qu’elle développait actuellement un modèle V6 hybride basé sur la GR Super Sport. Les premiers tours de roues sont attendus dans le courant de l’année 2020. Par la voix de son patron, Hugues de Chaunac, Oreca a également fait part de son engouement. Le préparateur français de voitures de course est en pourparlers avec plusieurs constructeurs pour s’engager dans la catégorie Hypercars. Un premier pas qui pourrait être suivi par d’autres grands noms du sport automobile comme McLaren, Ford, Jaguar, Ferrari ou encore Porsche.

Photos