Info Normandie

25 juillet 2019 : le jour où l’Eure s’est embrasée

13 septembre 2019 à 16h55 Par Corentin Allain
Crédit photo : SDIS27 / Twitter

De mémoire de pompier, l’Eure n’avait jamais connu ça. Le 25 juillet dernier, il y a eu à travers le département pas moins de 23 incendies simultanés.

Un été "chaud" dans tous les sens du terme pour les pompiers de l’Eure. La canicule, couplée à la sécheresse, a facilité la propagation de nombreux incendies ces derniers mois. Avec un gros pic d’activité le jeudi 25 juillet, où le thermomètre a frôlé la barre des 40°, et où pas moins de 524 sapeurs ont été engagés dans le département, soit… 98% des effectifs de garde et d’astreinte mobilisés !

A court de renforts, il a fallu solliciter d'autres départements

"Avec les collègues du département, nous n’avions jamais connu une telle activité" confie le lieutenant Pascal Cretté, chef de centre de la caserne de Verneuil-sur-Avre. "Tout le monde demandait des renforts de tous les côtés, sauf qu’au bout d’un moment, il n’y en avait plus. Heureusement que nous avons reçu de l’aide humaine et logistique de Loire-Atlantique, du Finistère, du Morbihan, du Calvados et de la Manche" explique-t-il.

23 incendies en même temps, et autant de pompiers blessés

Ce qui a renforcé le caractère exceptionnel du phénomène, c’est la simultanéité des départs de feux : jusqu’à 23 incendies au plus fort de la crise, tous à des endroits différents du département. "Entre midi et 21h, on a reçu dans l’Eure 1 200 appels, au lieu de 270 habituellement" explique le lieutenant Cretté. "La priorité, c’était de protéger les habitations et les entreprises menacées. On en a sauvé une cinquantaine, au risque de voir les flammes se propager dans les cultures. D’ailleurs sur cette seule journée, 1 500 hectares se sont embrasés" précise-t-il. Un jeudi éprouvant aussi pour les organismes, puisque 23 pompiers ont fait des malaises à cause de la chaleur.