Info Loir-Et-Cher

Beauval : un bébé chimpanzé vient de naître

22 octobre 2019 à 20h08 Par Emilien Borderie
La dernière naissance d'un chimpanzé à Saint-Aignan datait d'il y a cinq ans
Crédit photo : ZooParc de Beauval

Le parc zoologique de Saint-Aignan officialise l'arrivée au monde, sur place, d'un bébé chimpanzé. Une belle nouvelle, d'autant que l'espèce est aujourd'hui menacée.

Ce mercredi 16 octobre, les équipes du parc zoologique implanté à Saint-Aignan ont eu la joie de découvrir un minuscule chimpanzé dans la serre tropicale, blotti contre sa mère : "C'est la première naissance d'un bébé de cette espèce en France depuis trois ans et depuis cinq ans ici !" précise-t-on au ZooParc, en soulignant qu'il s'agit d'une femelle.

Un bébé accroché à sa maman

La maman s'appelle Domi : "Âgée d’un peu plus de 29 ans, elle a déjà eu trois petits : Rachelle qui a 19 ans, Tumba qui en 10 et Lobaï qui en a 5. Comme c'est une femelle dominante, tout se passe bien dans le groupe avec le bébé et les autres jeunes sont plutôt excités et intrigués. Le nouveau né passe tout son temps serré dans les bras de sa maman" détaille le zoo.

Une espèce en voie d'extinction

Chez les chimpanzés comme chez les autres grands singes, les liens maternels sont très forts : "La petite restera accrochée à sa mère pendant plusieurs mois, elle sera même totalement dépendante de sa maman jusqu’à ses 3 ou 4 ans, s'agissant de sa nourriture principalement" explique-t-on avant de rappeler que l'espèce des chimpanzés est classée "en danger" par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

L'huile de palme pointée du doigt

Mais qu'est-ce qui menace les chimpanzés ? En Afrique, les grands singes font notamment les frais d'une chasse directe menée par les exploitants qui cherchent à protéger leurs cultures. Et, plus globalement, l'extension des lieux cultivés conduit à la disparition des zones naturelles et forestières où vivent les dernières colonies de "grands singes". Or, le continent africain étant à deux doigts de devenir un eldorado pour la production d'huile de palme, le massacre risque fort de se poursuivre.

Photos