Actualité MSB

Coupe de France : le MSB a laissé passer sa chance (61-70)

12 mai 2019 à 10h19 Par Jonathan Lateur
Crédit photo : FFBB

Le Mans s’est incliné 61-70 devant Lyon-Villeurbanne en finale de la Coupe de France de basket ce samedi 11 mai. Les basketteurs du MSB n’ont pas su concrétiser leur bonne entame.

Tout avait pourtant si bien commencé. Les basketteurs du MSB ont entamé leur finale de Coupe de France en prenant immédiatement à la gorge cette équipe de l’ASVEL. Portés par près de 2 000 supporters, Richard Hendrix et ses coéquipiers dominent le premier acte (22-18) avant de confirmer lors du deuxième quart-temps qui ressemble davantage à une guerre de tranchées qu’à un match de basket. A ce jeu-là, Wilfried Yeguete, le soldat comme on l’appelle en Sarthe, excelle avec pas moins de 9 rebonds récupérés dans les deux raquettes. Au moment de regagner les vestiaires, Le Mans possède 9 points d’avance sur son adversaire (35-26).

Manque d’inspiration offensive 

A la reprise, Juice Thompson permet au MSB de consolider son avance (41-28), mais c’est l’ASVEL qui va progressivement reprendre la main dans ce match. "Ils se sont adaptés à notre jeu, et en attaque, on n’a pas su varier nos actions" reconnaîtra Valentin Bigote, après la rencontre. Si défensivement, Le Mans continue de serrer les dents, en revanche l’adresse semble fuir les Sarthois comme en témoigne les statistiques faméliques de Cameron Clark (1 point) et Kendrick Ray (0 point). La rencontre est de plus en plus hachée, et les coups de sifflet se multiplient contre le MSB (14 lancers francs en 9 minutes). Les Rhodaniens n’en demandaient pas tant et repassent devant à 8 minutes du terme (50-51).

Débat sur l’arbitrage

Dans le quatrième quart-temps, l’ASVEL porte son avantage maximal à 11 unités (55-66, 39ème) tandis que les Manceaux, qui ont passé une partie des dernières minutes à pester contre l’arbitrage, semblent avoir perdu tout espoir de titre. Les derniers points de Juice Thompson n’y changeront rien, Lyon-Villeurbanne s’impose finalement (61-70). Au coup de sifflet final, les supporters sarthois conspuent les arbitres "L’ASVEL a été protégée, c’est l’équipe de Tony Parker" lance Laurent, passablement énervé. En zone mixte, Antoine Eïto plaidera lui pour une réforme de l’arbitrage : "Ils doivent se remettre en question comme nous les joueurs lorsqu’on est mauvais. En plus, leur attitude hautaine n’aide pas" lâche le capitaine du MSB.