Info Sarthe

COVID-19 : des colliers anti-rapprochement pour les salariés d’Essity ?

13 janvier 2021 à 18h17 Par Jonathan Lateur
Photo d'illustration
Crédit photo : Adobe Stock

Le groupe Essity qui emploie environ 2 500 salariés en France dont plusieurs dizaines sur les sites du Mans, de Vibraye et du Theil-sur-Huisne, envisage d’imposer à son personnel le port de colliers électroniques pour faire respecter la distanciation physique.

Pour faire respecter la distanciation physique dans ses usines et lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, le groupe Essity envisage d’imposer le port d’un système de contrôle électronique à ses 2 500 salariés répartis sur huit sites différents dont deux en Sarthe, au Mans et à Vibraye, et un dans l’Orne, au Theil-sur-Huisne. Selon la CFDT, il s’agit d’un collier capable d’émettre un son de 85 décibels dès lors que deux personnes se risqueraient à une trop grande proximité. "En plus d’être particulièrement intrusif et infantilisant, c’est comparable à ce qui existe pour dissuader les chiens d’aboyer" dénonce le syndicat majoritaire de l'entreprise dans un communiqué, en laissant entendre que "le motif sanitaire utilisé par la direction est douteux à plus d’un titre et laisse penser que l’équipement pourrait être utilisé à d’autres fins".

La direction indique vouloir "préserver la santé des collaborateurs"

Pour la direction du groupe, spécialisé notamment dans la production de papier toilette, d'essuie-tout et de mouchoirs en papier, ce dispositif a exclusivement pour ambition de "préserver la sécurité des collaborateurs". Elle précise par ailleurs que les colliers en question "ne comportent pas de système de géolocalisation et ne sont pas reliés à des informations personnelles". L’entreprise suédoise ajoute que le boitier ne fonctionnera pas dans les sanitaires, le restaurant d’entreprise et l’infirmerie et qu’il présente comme avantage de "pouvoir alerter de manière plus rapide et exhaustive" les cas contacts potentiels. Un comité social et économique (CSE) doit se réunir la semaine prochaine pour préciser les modalités d'utilisation et de déploiement de cet équipement.