Info Normandie

Dans l’Orne, pas de collecte de la Banque alimentaire cet automne

26 novembre 2020 à 17h59 Par Corentin Allain
Il y a trois ans, la Banque alimentaire faisait face à une pénurie... les choses ont changé
Crédit photo : Clément Rohée

D’un département à l’autre, la règle change : il y a les territoires où la collecte de la Banque alimentaire est maintenue ce week-end, et d’autres où les grandes surfaces ne verront pas le moindre bénévole de la structure. Dans l’Orne, il y a les stocks nécessaires pour se permettre de passer ce tour.

Il se félicite d’avoir géré la situation comme un "bon père de famille". Dans l’Orne, le président de la Banque alimentaire, Denys Pautrel, a vu venir la seconde vague épidémique : "Il y a quelques semaines, nous avons racheté pour 40 000 euros de nourriture, soit une trentaine de tonnes de denrées" explique-t-il. Une réserve notamment constituée grâce à une récente dotation de l’Etat d’environ 60 000 euros, qui a aussi permis d’amortir les dégâts causés par la première vague épidémique : "Les mois d’avril et de mars nous ont coûté 22 000 euros environ" détaille Denys Pautrel.

Denys Pautrel

Plus de bénéficiaires, mais combien ?

Des stocks d’autant plus précieux que le nombre de bénéficiaires pourrait augmenter, après un effet domino : "La crise sanitaire provoque une crise économique, qui fait mécaniquement augmenter le nombre de chômeurs, et donc de bénéficiaires". Une hausse, certes, mais de combien ? "J’entends des sons de cloche différents en fonction des organismes caritatifs" rapporte Denys Pautrel, "certains ont vu +35%, d’autres +10%... Pour ma part, j’attends les indicateurs d’Etat, qui nous donneront le nombre réel de bénéficiaires, et nous permettront d’évaluer l’ampleur du désastre". Prochain point, si tout se déroule comme prévu, en février 2021, avec la prochaine collecte de la Banque alimentaire de l’Orne.

Denys Pautrel