Actualité MSB

Entretien avec le président du MSB Christophe Le Bouille

17 avril 2020 à 17h50 Par Jonathan Lateur
Christophe Le Bouille, président du MSB
Crédit photo : Jonathan Lateur

Après l’annonce de la suspension du championnat de France par la Ligue Nationale de Basket, le président du MSB Christophe Le Bouille a répondu à nos questions.

La Ligue Nationale de Basket a annoncé la suspension de la Jeep Elite jusqu’en septembre, mais sans décider de la prochaine formule du championnat, quel est votre sentiment ?

On avance à petits pas parce que c’est difficile de faire autrement. Nous sommes dans une crise que l’on ne maîtrise pas et dont surtout on ne maîtrise pas les conditions de sortie. La Ligue prend les décisions qu’elle estime pouvoir prendre au regard des éléments connus à date. Ce qui est apparu évident c’est qu’il n’était pas possible de finir la saison voire les playoffs avant de le début de l’été, d’où cette décision d’acter la fin pour le moment avec des hypothèses de reprise pour plus tard.

Justement, quatre scénarios de reprise sont actuellement en discussion, lequel a vos faveurs ?

Je fais partie d’un groupe de travail qui réfléchit à ces différentes solutions. L’hypothèse qui pour l’instant semble recueillir le plus de votes, c’est celle qui consisterait à finir la saison régulière en amont de la saison 2020/2021. Concrètement, si les conditions sanitaires le permettent, on pourrait disputer les 9 matches restants en septembre et ainsi tenir compte du classement final au mois de juin 2021 en tirant les conséquences sur deux saisons. Cela aurait le mérite de conserver un minimum d’équité, même si ce n’est pas parfait puisque les équipes ne seront plus les mêmes.

Les clubs de Jeep Elite défendent leurs propres intérêts, cela semble compliqué de parvenir à un consensus ?

Effectivement, c’est très compliqué. Comme dans tous les sports, chacun en ce moment sous couvert parfois de crise sanitaire, de pensées bienveillantes, en fait prêche pour sa paroisse. Je peux le comprendre, nous sommes tous là pour défendre nos clubs, mais je crois qu’en ce moment on doit surtout se poser la question de savoir comment faire pour que notre sport survive, et puisse encore proposer du spectacle dans les années à venir. Mais on ne va pas se mentir, les clubs qui étaient en difficulté auraient plutôt envie qu’on remette les compteurs à zéro, sans tenir compte de rien. D’autres voix s’élèvent pour rappeler que l’on a quand même déjà disputé 75% de la saison, et on peut aussi penser qu’il ne serait pas normal de ne pas donner des points de satisfaction à des clubs qui ont bien bossé cette année comme par exemple Dijon, Bourg-en-Bresse et Cholet.

Est-ce-que, à votre connaissance, des clubs, y compris le MSB, sont directement menacés par les conséquences économiques de la crise sanitaire ?

Il y a des clubs qui sont en grande difficulté, mais ils l’étaient à mon avis déjà avant le COVID, et la crise n’a fait malheureusement que renforcer cette situation. Nous concernant, le MSB a les reins solides mais cela ne veut pas dire que l’on va passer cette crise sans encombre. Il y aura des conséquences économiques fortes pour le club mais aujourd’hui, grâce à une bonne gestion, nous avons une trésorerie qui nous permet de nous projeter. Même si notre prochain budget sera fortement impacté, le MSB n’est pas en danger pour l’instant.

Concernant l’aspect sportif, les joueurs, y compris les étrangers rentrés dans leur pays d’origine, pourront-ils reprendre l’entraînement après le déconfinement ?

Impossible pour l’instant de dire si les joueurs pourront reprendre l’entraînement le 11 mai. Pour cela, il faudra que la salle Antarès soit ouverte, mais nous ne disposons pas pour l’heure de cette information. Concernant les joueurs, les contrats courent jusqu’au 30 juin, cela signifie que même si la Ligue acte l’hypothèse d’une reprise de la saison en septembre, cela ne serait pas avec les joueurs qui étaient là cette année. On retrouvera les joueurs qui ont signé pour plusieurs années comme Eïto, Bigote et Alingue, par contre les Américains ne reprendraient pas avec nous.

Avez-vous tranché concernant l’avenir d’Elric Delord dont le contrat courait jusqu’à la fin de la saison en cours ?

Nous y réfléchissons actuellement avec le directeur sportif Vincent Loriot. Il va falloir prendre position dans quelque temps, ça ne saurait tarder.

Christophe Le Bouille :