Info Sarthe

La reconstruction de Notre-Dame de Paris passe par la Sarthe

05 mars 2021 à 18h52 Par Jonathan Lateur
Etape symbolique pour le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie
Crédit photo : Sweet FM

Deux ministres étaient en forêt de Bercé dans la matinée de ce vendredi 5 mars à l’occasion de l’officialisation de la sélection des arbres qui serviront à la fabrication de la nouvelle flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Nouvelle étape franchie dans le chantier de reconstruction de Notre-Dame, à Paris. Quasiment deux ans après l’incendie qui a détruit la toiture de la célèbre cathédrale, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, et son collègue en charge de l’Agriculture Julien Denormandie, se sont rendus en Sarthe ce vendredi 5 mars. Les deux membres du gouvernement ont officialisé la sélection des arbres qui serviront à la fabrication, à l'identique, de la nouvelle flèche qui surmontera l’édifice religieux.

Écouter Julien Denormandie

La forêt de Bercé offre huit chênes bicentenaires

Sur les mille chênes nécessaires pour mener à bien ce chantier, huit spécimens bicentenaires proviendront directement de la forêt de Bercé. "Nous avions besoin de très gros arbres, de plus d’un mètre de diamètre et de vingt mètres de longueur. Ils devaient aussi avoir une légère courbe placée au bon endroit. Nous avons fait une présélection, et les architectes ont validé ce choix" explique Claire Quinones, ingénieur forestier à l’Office national des forêts.

Écouter Claire Quinones

Ils formeront le futur "tabouret" de la flèche

Les chênes sélectionnés seront abattus d’ici au 15 mars, c’est-à-dire avant la montée de la sève. Ils quitteront ensuite la forêt de Bercé pour être débités dans une scierie puis laissés à ressuyer pendant plus d’un an, avant enfin d’être confiés aux charpentiers. "Ces grosses pièces vont constituer l’enrayure basse. En d’autres mots, ces énormes poutres supporteront l’ensemble de la charpente de la flèche" précise Philippe Villeneuve, l’architecte en chef de la restauration.

Écouter Philippe Villeneuve

Un chantier toujours "dans les temps"

Concernant l’avancement du chantier, le Général d’armée Jean-Louis Georgelin, chargé par Emmanuel Macron de superviser la reconstruction de Notre-Dame de Paris, se montre confiant : "Nous sommes dans les temps. Nous allons bientôt achever définitivement la phase de consolidation, pour passer à celle de la reconstruction d’ici la fin de l’année. L’objectif reste de rendre la cathédrale au culte en 2024" assure l’ex chef d’Etat-Major des armées.

Écouter le général Georgelin