Info Sarthe

La ville du Mans redonne le pouvoir aux citoyens

23 février 2018 à 12h05 Par Maya Davy
Crédit photo : Crédit photo : Jonathan Lateur

Pour redonner la parole aux citoyens, la mairie du Mans entreprend pour la première fois une action de "budget participatif". Dès 2019, les habitants de la capitale sarthoise pourront proposer puis voter en ligne pour la réalisation d’un ou plusieurs projets.

C’est ce qu’on appelle la "démocratie directe". La ville du Mans lancera en 2019 son premier budget participatif : dispositif citoyen qui consiste à offrir aux habitants la possibilité de proposer leurs propres projets. La mairie va y consacrer 5% de son budget total d’investissement, soit la somme de 840 000 euros répartie en sept secteurs pour respecter l’équilibre du territoire.

Des règles à respecter

A partir du 1er mars 2018, tout habitant ayant plus de seize ans pourra soumettre sa proposition au reste de la population par l’intermédiaire d’un site internet. Pour être prises en compte, ces idées devront en premier lieu être d’intérêt général et se situer sur le territoire de la ville. Les projets impliquant des travaux de voirie seront automatiquement exclus parce qu’il ne s’agit pas d’une compétence municipale.

Une plateforme digitale

Pour soumettre son idée, il suffira de se rendre sur la plateforme spécialement créée pour l’occasion : jeparticipe.lemans.fr. C’est sur ce site, conçu comme un réseau social, que seront répertoriées toutes les suggestions. Après s’être inscrits, les habitants pourront voter pour leurs projets préférés. Ceux ayant amassés le plus de voix seront ensuite soumis à une ultime décision de la mairie puis réalisés.

Inspiré par d’autres villes

Le principe du budget participatif a déjà été adopté par plusieurs autres villes telles que Paris, Grenoble, Metz, Rennes ou encore plus récemment Angers.  La municipalité angevine qui, elle, consacre un million d’euros à ce dispositif et permet même aux enfants de s’exprimer à partir de l’âge de 11 ans.  Mais en réalité, cette initiative qui consiste à rendre un peu de pouvoir aux citoyens n’est pas nouvelle puisqu’elle a vu le jour au Brésil en 1989.