Info Loir-Et-Cher

Laurent Brillard candidat à la mairie de Vendôme

17 septembre 2019 à 14h42 Par Nicolas Terrien
Laurent Brillard conduira la liste de la majorité sortante lors des élections municipales de mars 2020 à Vendôme
Crédit photo : Ville de Vendôme

Laurent Brillard est la tête de liste pour les municipales de mars 2020. Il a succédé dans le fauteuil de maire au député UDI Pascal Brindeau en janvier 2019, puis a pris les rênes de l’agglomération "Territoires Vendômois" le mois suivant. Interview.

Sweet FM : Vous venez d’officialiser votre candidature en tant que tête de liste sur la ville. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ?

Laurent Brillard : C’est la continuité d’un travail, un travail d’équipe tel que je l’ai connu dans ma profession médicale, et je ne conçois pas les choses autrement. Il y a eu un important travail de réalisé depuis 2014, c’est pourquoi j’ai volontiers accepté de poursuivre avec une équipe.

Cette équipe, où en est-elle dans sa constitution ?

Tout d’abord, il y a une équipe sortante avec des personnes dont on ne peut pas douter de leurs capacités à contribuer à la bonne gestion de notre ville et bien au-delà. Ensuite, je ne m’arrête pas sur les étiquettes politiques, même s’il y a des personnalités de l’UDI, de LR ou du Modem. Le but, c’est de se retrouver autour de projets et de compétences.

Avec certainement une part de renouvellement...

Il y aura évidemment une part de renouvellement, mais il ne s’agit pas de remplacer pour remplacer. Là encore, la liste est en train de se constituer. Il y a des personnes qui souhaitent nous rejoindre, nous en approchons d’autres car elles ont des compétences à apporter à notre ville. Cette liste reste également ouverte. La condition, c’est que l’on ait une vision commune de la ville de Vendôme ! Depuis 2014, nous nous battons pour réveiller Vendôme, mais pas n’importe comment ! L’attractivité et le développement sont au cœur, qu’ils soient économique, social ou culturel. Tout est lié.

Avec déjà des axes de programme qui se dégagent ?

Oui, même si nous les annoncerons au fur et à mesure. Ce qui est certain, c’est que l’investissement reste notre priorité et que le développement économique doit continuer à être dynamisé. Je rappelle que le Vendômois présente le taux de chômage le plus bas de la région ! Certes, c’est toujours trop élevé, mais nous sommes parvenus à ce résultat. Il faut que les gens sentent que l’on vit bien à Vendôme.

Êtes-vous également candidat à la présidence de l’agglomération "Territoires Vendômois" ?

Il faudra encore en décider, mais oui ! C’est un fait, nous avons une administration locale unique entre la ville et l’agglo. Depuis 2003, cette mutualisation a traversé toutes les sensibilités politiques. Pour 2020, ce serait très compliqué de la détricoter. Nous serions moins réactifs, et cela mettrait notre administration en difficulté. Aujourd’hui, il y a une réelle légitimité. Sans la puissance de l’agglomération, il n’y aurait pas de centre nautique à Vendôme, pas plus qu’à Savigny-sur-Braye et à Montoire !

A un peu plus de six mois du scrutin, comment "Laurent Brillard maire" va-t-il cohabiter avec "Laurent Brillard candidat" ?

Déjà, je n’ai pas l’intention de changer ma façon d’être. Je suis un travailleur, et j’aime ça. Ma priorité, c’est d’abord de rester maire et d’être au service des Vendômois. Entre une soirée pour ma campagne et une soirée événement sur la ville, j’irai évidemment à l’événement majeur sur la ville. Nous avons les commandes jusqu’au dernier jour. Et puis c’est motivant une campagne. Ça nous oblige à réfléchir autour d’un programme avec des investissements... ça nous permet de nous poser des questions !

Dans quel état d’esprit êtes-vous, alors que des velléités de candidatures se font logiquement jour sur la ville de Vendôme ?

Je suis plutôt optimiste, et si cela n’était pas le cas, je ne me présenterais pas. C’est la démocratie en action et je suis un profond démocrate. L’essentiel, c’est que chaque candidat respecte l’autre. Nous nous battons sur des idées, pas sur des personnes. En tout cas, je me tiendrai à cette attitude.

Vous bénéficierez sur le sujet de l’expérience de Pascal Brindeau... C’est d’ailleurs un ticket que vous présentez aux Vendômois ?

Oui, et un ticket gagnant. Nous travaillons ensemble depuis 2001 et nous n’avons pas découvert la mairie en 2014. De plus, je connais peu de gens qui pourraient me dire qu’il n’est pas souhaitable que le maire et le député de la circonscription travaillent ensemble... Et en plus, lorsque l’on travaille très bien avec le Conseil départemental, au final, ce sont les habitants du territoire qui y gagnent.