Info Sarthe

Le Mans : un vaste procès pour escroquerie s’ouvre ce jeudi au tribunal

01 juillet 2020 à 19h04 Par Jonathan Lateur
Crédit photo : Sweet FM

Dirigeants et salariés de deux entreprises spécialisées dans la rénovation et l’isolation doivent comparaître à partir de ce jeudi 2 juillet devant le tribunal judiciaire du Mans.

C’est un vaste procès qui s’ouvre ce jeudi 2 juillet au palais de justice du Mans. Pendant deux jours, les responsables et plusieurs employés des sociétés sarthoises "Envir" et "Strike" vont être jugés pour escroqueries et pratiques commerciales trompeuses et agressives. En tout, 108 victimes ont été recensées, entre le printemps et l’automne 2019, dans les départements de la Sarthe, de l’Orne, du Maine-et-Loire et du Calvados : "Le domaine d’activité concernait des propositions de travaux d’isolation et d’amélioration de l’habitat. Les personnes visées étaient les plus susceptibles de répondre favorablement à du démarchage à domicile avec des arguments visant à leur proposer des avantages fiscaux ou des mises en conformité avec les règles environementales" explique Philippe Jamet, président de l’association "France Victimes 72".

Une installation de VMC facturée jusqu’à 6 000 euros

Si lors des premiers échanges avec les commerciaux des sociétés en question, les propositions pouvaient sembler intéressantes, les particuliers, pour la plupart des personnes âgées, affirment s’être ensuite retrouvés face à des tarifs prohibitifs et des travaux largement surfacturés : "On a par exemple le cas de personnes qui se sont vu facturer une installation de VMC pour près de 6 000 euros, alors que cela coûte en réalité moins de 1 000 euros. Certains clients ont aussi été contraints de souscrire à des emprunts pour s’acquitter des factures qui leur étaient présentées. En fait, lorsque le poisson était ferré, les commerciaux revenaient à la charge comme on le voit régulièrement dans ce type d’affaire. La différence avec celle-ci, c’est qu’elle englobe un grand nombre de personnes" déplore Philippe Jamet. Le jugement est attendu ce vendredi 2 juillet.

Philippe Jamet