Info Sarthe

Les profs de sport en colère face aux nouvelles mesures sanitaires

20 janvier 2021 à 17h38 Par Clément Rohée
Crédit photo : Clément Rohée

C’est l’une des nouvelles restrictions sanitaires mises en place pour lutter contre la propagation du Covid-19 : l’arrêt des pratiques sportives en intérieur. Les professeurs d’EPS ne comprennent pas.

Au Mans, ils étaient une vingtaine devant le centre administratif de Paixhans ce mercredi après-midi pour dénoncer le fait de ne plus avoir accès aux gymnases pour faire cours. Parmi les personnes présentes au rassemblement, Sylvain Gardet, professeur d’éducation physique et sportive à Allonnes, au collège Kennedy : "On agglutine 25 élèves dans une salle de classe de 30 mètres carré et nous, nous n’avons pas le droit d’être avec la même classe dans un gymnase de 500 mètres carré. C’est pour ça qu’on a du mal à comprendre cette décision" explique-t-il.

Écouter le reportage de Clément Rohée

Manque de concertation

Au-delà du fond, il y a la forme. Les syndicats regrettent un manque de consultation et la plupart des professeurs a appris la mesure en regardant la conférence de presse du gouvernement le jeudi 14 janvier, pour une application ce lundi 18 janvier : "On aurait aimé une consultation... Et si les mesures devaient être durcies, pourquoi ne pas fonctionner par demi-classe et avec des masques ?" propose Joëlle Hill, enseignante au Mans, au collège du Vieux-Colombier.

L’EPS, une matière essentielle

L’objectif du rassemblement manceau devant Paixhans était également de rappeler que le sport n’est pas une matière moins importante que les autres. "Dans le contexte sanitaire actuel, l’EPS devrait être une matière qu'il faudrait valoriser" souligne Sylvain Gardet. Selon lui, "la sédentarité des jeunes est inquiétante. Ils passent de plus en plus de temps devant les écrans et moins à pratiquer un sport régulièrement. C’est pour cela qu’il faut qu’on remette les élèves en activité le plus vite possible". Les syndicats invitent les professeurs de sport à participer aux mobilisations du 26 janvier, jour de grève au sein de l’Education nationale.

Écouter Sylvain Gardet