Info Sarthe

[LIVE TEXT] Les 24 Heures du Mans en direct

19 septembre 2020 à 13h46
On dispute ce week-end les 88e 24 Heures du Mans

C'est à huis-clos et avec plusieurs mois de décalage par rapport à la date initialement prévue que se déroulent les 24 Heures du Mans, millésime 2020, ces samedi 19 et dimanche 20 septembre. Suivez les principaux faits de course grâce à notre live text sur le web et en direct sur Sweet FM partout dans la région !

14h30 / C'en est terminé de la 88e édition des 24 heures du Mans, avec une victoire tranquille de la Toyota TS050 #8 : Kazuki Nakajima, qui effectuait le dernier relai, vient de passer sous le drapeau à damier ! 2e place pour le clan Rebellion, sur la R13 #1 aux mains de Norman Nato et la seconde Toyota, la #7, que pilote Jose Maria Lopez.

Il n'y a pas que les LMP1 dans la vie ! Soyons complets : victoire en LMP2 de l'Oreca #22 de l'écurie américaine United Autosport, tandis que l'Aston Martin #97 du team officiel s'est imposée en LMGT Pro et qu'une autre Aston Martin, la #90 du team turc TF Sport, l'a emporté en LMGT Am !

14h17 / A moins d'un très improbable revirement de dernière minute, le clan Toyota va réussir à s'emparer du fameux "Trophée des 24 Heures", qu'on est autorisé à conserver en gagnant la classique sarthoise à trois reprises d'affilée ! La Toyota #8 est actuellement en tête, suivie de la Rebellion #1 et de la seconde Toyota -#8- sur la troisième marche du podium.

14h08 / La course reprend ses droits, voitures de sécurité retirées !

13h52 / La course est neutralisée, les voitures de sécurité sont là. En cause, une violente sortie de piste dans les virages Porsche pour l'Oreca #39 de l'écurie SO24-HasByGraff : James Allen était à ses commandes et occupait la 5e place de la catégorie LMP2.

13h46 / Problème technique et sortie de piste pour Jean-Eric Vergne, au volant de l'Aurus #26 qui occupait alors la 3e place de la catégorie LMP2. De quoi autoriser un podium pour l'Oreca #31 que pilote notamment le Manceau Julien Canal !

13h43 / Gare aux débris ! La Porsche #99 voit voler plusieurs éléments de sa carrosserie...

13h30 / A une -petite- heure de l'arrivée, Toyota s'achemine vers une victoire sur ces 88e 24 Heures du Mans : la TS050 #8 caracole en tête, devant la première Rebellion puis la seconde Toyota, la #7. Voici le classement, catégorie par catégorie, après 23 heures de course :

13h29 / Le malheur des uns... La Toyota #7 récupère la 3e place du classement général grâce à l'accident dont a été victime la Rebellion #3 et qui a coûté près de 6 minutes d'arrêt au stand !

13h23 / Louis Delétraz, au volant de la Rebellion #3, a frotté le mur au large du virage d'Indianapolis. Il va falloir remplacer plusieurs pièces sur ce prototype qui occupait la 3e place au classement général.

13h22 / Paul-Loup Chatin cède le volant de l'Oreca #28 à Richard Bradley.

13h20 / Sortie de piste pour la Porsche #89 dans le secteur de esses de la Forêt, avec à son volant le Grec Andreas Laskaratos qui était 45e du classement général.

12h46 / L'Automobile club de l'ouest nous offre quelques secondes à bord de l'actuelle voiture qui mène la danse au Mans sur ces 88e 24 Heures, la Toyota #8 pilotée par Kazuki Nakajima !

12h34 / Le relatif ennui qui règne ce dimanche midi va-t-il permettre à Toyota de décrocher sa 3e victoire au Mans ? En l'absence de fait de course majeur, l'écurie nippone devrait voir monter l'équipage de la TS050 #8 sur la plus haute marche du podium à 14h30. Voici le classement, catégorie par catégorie après 22 heures de compétition :

12h25 / Les deux équipages 100% féminins engagés cette année assurent toujours : au volant de l'Oreca #50 du Richard Mille Racing Team, Tatiana Calderon, Sophia Flörsch et Beitske Visser occupent la 9e place du classement LMP2 pendant qu'aux commandes de la Ferrari #85, Manuela Gostner, Rahel Frey et Michele Gatting sont 9e de la catégorie LMGT Am.

12h13 / Ultime relai pour la Toyota #8 : le Japonais Kazuki Nakajima s'installe une dernière fois au volant de la voiture de tête pour tenter de l'amener sans heurts jusqu'à l'abaissement du drapeau à damier à 14h30 !

11h55 / L'Automobile club de l'ouest nous offre une petite vidéo du trafic, plutôt dense en ce dimanche matin, dans le virage d'Indianapolis :

11h47 / Changement de pilote sur la Toyota #7, qui occupe la 4e place au classement général : Jose Maria Lopez remplace Kamui Kobayashi.

11h46 / Tête à queue pour la Porsche #99 dans la chicane du Raccordement. L'Indien Vuttikhorn Inthraphuvasak était au volant.

11h38 / Paul-Loup Chatin, pilote eurélien, récupère le volant de l'Oreca #28 aux couleurs de l'écurie Idec Sport Racing. A 28 ans, il participe à ses sixième 24 Heures du Mans, toujours en catégorie LMP2.

11h31 / Encore trois heures à tenir avant que ne s'agite le drapeau à damier : si rien ne change -ce qui serait assez étonnant-, Toyota occuperait la plus haute marche du podium et Rebellion se classerait aux 2e et 3e places de ce millésime 2020 des 24 Heures du Mans. Voici le classement, catégorie par catégorie, après 21 heures de course :

11h20 / On assiste à un duel interne au clan Rebellion : moins d'une seconde sépare la #3 de Romain Dumas et la #1 de Gustavo Menezes. Objectif : la 2e place du podium... en veillant à ne pas fauter, ce qui serait fort dommage à ce stade très avancé de la course.

10h52 / Le pilote sarthois Sébastien Bourdais prend le volant de la Ferrari #82 aux couleurs de l'écurie Risi Competizione. Cédée par Jules Gounon, la voiture se classait 5e de la catégorie LMGT Pro, 26e au général.

10h42 / Il roule vite, très vite : Romain Dumas vient de réaliser le meilleur temps au tour pour la Rebellion #3, 3'21''854. Cinq tours séparent quand même toujours sa voiture de la Toyota de tête. Derrière, nettement plus proche en revanche -dans le même tour-, arrive la seconde Rebellion entre les mains d'un Gustavo Menezes qui semble ne pas vouloir se contenter de la 3e marche du podium.

10h31 / 322 tours bouclés pour la Toyota #8, toujours aux avant-postes de ces 88e 24 heures du Mans sans public... ni grand intérêt ce dimanche matin, tant les faits de course sont inexistants. Mais l'arrivée est encore loin : encore quatre heures à tenir ! Voici le classement, catégorie par catégorie :

10h26 / Arrêt au stand pour la Toyota #7 de Kamui Kobayashi, qui conserve la 4e place au classement général.

10h18 / Brendon Hartley effectue un arrêt de routine dans son stand, et hop ça repart pour la Toyota #8, toujours en tête de la course avec cinq tours d'avance sur la Rebellion #3 pilotée par Romain Dumas.

10h04 / On nous transmet les images spectaculaires de la sortie de piste suite à une crevaison, pour la Porsche 911 RSR #89 de l'écurie Team Project 1, actuellement entre les mains de Steve Brooks, 19e de la catégorie LMGT Am.

9h40Brendon Hartley prend la place de Sébastien Buemi aux commandes de la Toyota #8, en tête. Relai au même moment pour la Rebellion #3 : Romain Dumas succède à Nathanaël Berton.

9h35 / Cinq tours d'avance pour Sébastien Buemi, toujours en tête de ces 88e 24 Heures du Mans. Voici le classement, catégorie par catégorie après 19 heures de course :

9h22 / Un incident pas banal pour la Ferrari #72, qui se retrouve avec un plot coincé entre la roue et la carosserie !

9h20 / Chez Rebellion, on a changé les attaches du capot avant sur la R13 #1, qui, à la 3e place du classement général, accuse désormais 6 tours de retard sur la Toyota #8 de tête.

8h58 / Mais au fait, où en sont les pilotes manceaux, sur leurs terres ? Julien Canal, triple vainqueur de la course en catégorie LMGT Am en 2010, 2011 et 2012, est actuellement au pied du podium des LMP2 : 4e, au volant de l'Oreca #31 de l'écurie Panis Racing. Juste derrière lui, on trouve Vincent Capillaire, autre local de l'épreuve : 5e, sur son Oreca #39. Troisième natif de la Sarthe engagé, Sébastien Bourdais lui, n'est actuellement pas au volant de sa Ferrari 488 #82, 5e en LMGT Pro.

8h49 / Arrêt au stand pour la Rebellion #1 : la voiture a connu une très rapide intervention mécanique, avant de repartir : Bruno Senna rétrograde à la 3e place du classement général, à 45 secondes de son collègue Nathanaël Berton sur la Rebellion #3.

8h31 / Sébastien Buemi, sur la Toyota #8, est en tête de ces 88e 24 Heures du Mans. Le Suisse affiche trois tours d'avance sur son premier poursuivant : Bruno Senna, sur la Rebellion #1. Voici le classement, catégorie par catégorie, après 18 heures de course :

8h07 / Le point sur les abandons, on en compte onze ce dimanche matin : du plus récent au plus ancien, c'est fini pour l'Oreca #21 du DragonSpeed USA (LMP2), pour la Ferrari #63 du WeatherTech Racing (LMGT Pro), pour la Ferrari #70 du MR Racing (LMGT Am), pour l'Oreca #37 du Jackie Chan DC Racing (LMP2), pour l'Oreca #16 du G-Drive Racing (LMP2), pour l'Oreca #30 du Duqueine Team (LMP2), pour l'Enso CLM #4 du Bykolles Racing Team (LMP1), pour l'Oreca #33 du High Class Racing (LMP2), pour la Ferrari #52 de l'AF Corse (LMGT Am), pour la Ferrari #55 du Spirit Of Race (LMGT Am) ainsi que pour la Ligier #11 d'EuroInternational (LMP2).

7h59 / Frits Van Eerd a fait un tête à queue au niveau de la chicane Dunlop, dans son Oreca #29 aux couleurs du Racing Team Nederland. D'abord "embourbé" dans les graviers, il a tout de même pu repartir.

7h47 / Le petit matin aura notamment été animé par un duel, pour la 2e place du classement LMP2, entre Matthieu Vaxivière, pilote du Panis Racing et Mikkel Jensen sur l'Oreca #26.

7h30 / La Toyota #8, aux mains de Sébastien Buemi, caracole en tête de ces 88e 24 Heures du Mans, avec deux tours d'avance sur la première des deux Rebellion. Voici le classement, catégorie par catégorie :

7h25 / Après son long arrêt au stand, Job Van Uitert met les gaz : meilleur temps au tour pour la catégorie LMP2. L'Oreca #32 ne devrait pas longtemps pointer à la 15e place du classement.

7h13 Les mécaniciens s'éternisent sur l’Oreca #32 : 2e au classement LMP2, le prototype de l'écurie United Autosport pourrait avoir connu une fuite d'huile. C'est Job Van Uitert qui était au volant.

7h07 / Rapide arrêt au stand pour l'Aston Martin #98 : "intervention sur les freins et les suspensions" indique l'Automobile club de l'ouest.

7h00 / La nuit n'aura pas été aussi fraîche qu'escompté au Mans : autour de 20 degrés... Quant aux orages attendus, ils n'ont jamais eu lieu. Au petit matin, la Toyota #7 a rétrogradé au classement : le prototype est resté immobilisé durant une 30aine de minutes dans son stand pour un changement de turbo, laissant la voiture-soeur, la #8, passer en tête avec six tours d'avance.

00h11 / La Toyota #7, entre les mains de Mike Conway, boucle son 151e tour de piste et reste en tête de ces 88e 24 heures du Mans. On met ce live text en pause et on se retrouve aux alentours de 7h, belle nuit à l'écoute de Sweet FM !

23h54 / Tristan Gommendy, pilote de l'Oreca #30, donne des nouvelles après son spectaculaire accident survenu vers 21h : "Heureux d'être sain et sauf mais en colère car on m'a shooté !" écrit-il via son compte Twitter.

23h48 / Roman Rusinov, qui était au ralenti dans son Aurus #26 avec des phares défaillants, est parvenu à rentrer au stand. Faux contact ? Quoi qu'il en soit, la voiture du Russe repart à la 7e place de la catégorie LMP2, 11e au général.

23h39 / Au volant de l'Alpine #36, Thomas Laurent, le Vendéen, a fait un tête à queue dans les virages Porsche. Par miracle, il ne percute rien et peut récupérer sa trajectoire.

23h30 / Chez Toyota, on passe une agréable nuit : les prototypes #7 et #8 restent aux avant-postes de la course neuf heures après le départ. Voici le classement, catégorie par catégorie :

23h25 / L'Automobile club de l'ouest indique les records de vitesse enregistrés depusi le départ de ces 88e 24 Heures du Mans : 347,8 km/h pour la Rebellion #1 en LMP1, 336 km/h pour la Ligier #34 en LMP2, 305,6 km/h pour l'Aston Martin #97 en LMGT Pro et 303,9 km/h pour la Ferrari 488 LMGT Am #54.

23h19 / Crevaison pour la Ferrari 488 GTE #63 conduite par Jeffrey Segal qu'on a vu flirter avec le bac à graviers.

23h05 / La Toyota #8 effectue son 13e arrêt au stand : Kazuki Nakajima cède le volant à Sébastien Buemi. Les deux hommes ont chacun gagné à deux reprises la classique sarthoise.

22h43 / Abandon officialisé pour Bykolles : le prototype LMP1 qu'on a vu traverser le bac à gravier et percuter les rails de sécurité, en restera là. Fin d'aventure pour Tom Dilmann, Bruno Spengler et Oliver James Webb.

22h41 / Onzième arrêt au stand pour la Toyota #7, qui repart toujours en tête !

22h30 / Indétrônable Toyota. La TS050 #7 caracole toujours en tête de ces 88e 24 Heures du Mans, en ayant bouclé 122 tours. Aux dernières nouvelles, Jose Maria Lopez est au volant. Voici le classement, catégorie par catégorie, après huit heures de course :

22h29 / Pénalites de type "drive through" pour l'Oreca #24 du Nielsen Racing et pour la voiture #33 de l'écurie High Class Racing.

22h12 / Retour "furtif" des voitures de sécurité, le temps de retirer des débris dans le secteur de la première chicane des Hunaudières. Huit minutes plus tard, c'est reparti !

21h37 / La Toyota #8 -aux mains de Kazuki Nakajima- récupère sa 2e place aux dépens de la Rebellion #1 -conduite par Norman Nato-.

21h31 / Les voitures de sécurité se retirent, la course reprend ses droits. Sept heures après le départ, la Toyota #7 reste en tête, mais la #8 a été dépassée par la Rebellion #1. Voici le classement, catégorie par catégorie :

21h26 / La Toyota #8 sort de son stand après un arrêt de plus de 8 minutes. La course étant neutralisée, on limite les conséquences pour le Gazoo Racing, n'empêche, la 2e place revient à l'écurie Rebellion ! Les deux LMP1 se retrouvent dans le même tour et derrière la même voiture de sécurité.

21h18 / Arrivée au stand de la Toyota #8 : la course est toujours neutralisée certes, mais il ne faudrait pas que l'intervention dure trop longtemps, sans quoi la 2e place au classement général va échapper au Gazoo Racing et profiter au clan Rebellion.

21h03 / L'Automobile club de l'ouest transmet les images du crash de la voiture de l'écurie Bykolles.

21h01 / Tristan Gommendy, au volant de l'Oreca #30 de l'écurie Duqueine Team, termine violemment dans un rail de sécurité à hauteur de la première chicane des Hunaudières. Simultanément, la voiture de l'écurie Bykolles Racing Team, entre les mains de Bruno Spengler, est elle-même passée dans un bac à gravier pour finir contre un mur de pneus non loin de la passerelle Dunlop. Course de nouveau neutralisée.

20h55 / Abandon pour la Ferrari #55, qui était entre les mains du trio Duncan Cameron, Aaron Scott et Matt Griffin.

20h46 / Et c'est reparti : après quasiment 30 minutes de neutralisation, les voitures de sécurité se retirent et la course reprend ses droits. Il fait à présent nuit noire sur le circuit, mais la pluie, pourtant annoncée, n'est pas là.

20h30 / La nuit est là, la 50aine de concurrents attend de pouvoir en découdre de nouveau, mais pour l'heure, course neutralisée par les voitures de sécurité. Voici le classement, catégorie par catégorie :

20h18 / Impressionnante perte de contrôle pour le pilote de la Ferrari 488 GTE #52 : Alexander West a quitté la piste au niveau des virage Porsche. La direction de course choisit d'envoyer la voiture de sécurité neutraliser l'épreuve jusqu'à nouvel ordre !

20h07 / La nuit qui arrive sera exceptionnellement longue : en raison du décalage de l'événement en cette mi-septembre, la lumière du soleil s'absentera quatre heures de plus qu'habituellement en juin.

19h56 / Arrêt de la Toyota #8 dans son stand : Brendon Hartley cède le volant à Kazuki Nakajima, vainqueur en 2018 et 2019, qui va donc effectuer ses premiers tours en course sur cette 88e édition. Pendant ce temps, la seconde Toyota, la #7, reprend la tête !

19h51 / Deux sorties de piste coup sur coup : la Ferrari #55 de l'écurie Spirit Of Race, puis encore une fois la Porsche 911 RSR #88 !

19h37 / La quasi-totalité des écuries engagées est toujours en course. L'Automobile club de l'ouest poste une vidéo de la ligne droite des Hunaudières, laissant imaginer les risques de la cohabitation entre les quatre catégories de voitures.

19h30 / Kamui Kobayashi est au volant de la Toyota #7, en tête des 88e 24 Heures du Mans. Voici le classement, catégorie par catégorie :

19h16 / Sortie de piste pour la Ligier #35 de l'écurie Eurasia Motorsport au niveau du virage d'Arnage : le Japonais Nobuya Yamanaka, qui était au volant, a fini sa course dans les graviers. Sans même s'extirper de son baquet, il s'est fait remettre dans "le droit chemin" par une grue.

18h50 / Retour en course pour la Porsche 911 RSR #57 qui avait percuté l'Oreca de Ryan Cullen partie en tête à queue. L'Américain Ben Keating, homme d'affaires et pilote, reste au volant, 56e au classement général.

18h37 / Tête à queue de l'Oreca #16 entre les virages d'Indianapolis et d'Arnage avec Ryan Cullen au volant : en arrivant sur zone, la Porsche #57 a dû freiner très fort... mais pas assez pour éviter le contact. Le pilote de l'Oreca #33, Anders Fjordbach, juste derrière l'a échappé belle.

18h30 / Tout se passe bien... pour l'instant, car on annonce un épisode orageux avec éventuellement de la grêle au-dessus du Mans pour la soirée. Après quatre heures de course, Toyota reste aux avant-postes. Voici le classement, catégorie par catégorie :

18h19 / Changement de leader : Brendon Hartley sur la Toyota #8 est repassé devant Kamui Kobayashi sur la Toyota #7, au gré d'un arrêt au stand.

18h01 / En catégorie LMP1, les Rebellion peinent à rivaliser avec Toyota : Gustavo Menezes (Rebellion #1) accuse 2 minutes et 45 secondes de retard sur Kamui Kobayashi (Toyota #7).

17h55 / Le pilote sarthois Vincent Capillaire, qui menait la catégorie LMP2, fait un tête à queue dans son Oreca #39. Il repart environ une minute après, à la 8e place (12e au général) du classement.

17h45 / Rebondissement : la Porsche #88, victime d'une sortie de piste en début de course et qu'on annonçait retirée de la course, pourrait en fait reprendre du service : Thomas Preining a réussi à ramener la voiture jusqu'à son stand. Si nouveau départ il y a, ce sera avec près de 50 tours de retard !

17h39 / Abandon officialisé pour la Ligier #11 de l'écurie EuroInternational : seul Erik Maris, l'Angevin, aura tourné en course cette année.

17h30 / Toyota a dominé les trois premières heures de cette 88e édition des 24 Heures du Mans. Si, au jeu des arrêts et des relais, la #8 a parfois roulé en tête, c'est bien la #7 qui s'est le plus affiché sur la première ligne du classement général. Voici le classement, catégorie par catégorie :

17h16 / Et on alterne encore chez Toyota : Brendon Hartley -qui n'avait plus participé à la course sarthoise depuis sa victoire sur un prototype Porsche il y a trois ans- remplace Sébastien Buemi sur la #8, ce qui permet à la voiture-soeur, la #7, de reprendre la première place au classement général.

17h00 / Mike Conway, au volant de la Toyota #7, voiture de tête à ce moment-là, est remplacé par Kamui Kobayashi. La Toyota #8 repasse, par conséquent, à la première place avec Sébastien Buemi à ses commandes.

16h59 / Bruno Senna, au volant de la Rebellion #1, est remplacé par Gustavo Menezes. Leur voiture, en LMP1, occupe la 3e place du classement général.

16h54 Vincent Capillaire, le pilote manceau, remplace James Allen au volant de la voiture de l'écurie locale So24-HasByGraff. Leur prototype, qui porte le numéro 39, repart 4e de la catégorie LMP2, 9e du classement général.

16h51 / La Ligier #11, emmenée par Erik Maris lorsqu'on l'a vue en difficulté, n'est toujours pas arrivée dans son stand.

16h30 / Le clan Toyota, avec ses deux prototypes engagés en LMP1, a dominé les deux premières heures de course. Voici le classement, catégorie par catégorie :

16h17 / Les commissaires de piste poussent la Ligier #11 derrière les rails de sécurité au niveau du virage de la Chapelle. Engagée en catégorie LMP2, elle était entre les mains du pilote angevin Erik Maris.

15h58 / "Profitant" de l'arrêt au stand de la Toyota #8, la #7 reprend la tête de la course !

15h51 / La Toyota #8, emmenée par Sébastien Buemi, dépasse la voiture-soeur, aux mains de Mike Conway, dans les virages Porsche.

15h30 / Classement, catégorie par catégorie, après une heure de course et 17 tours bouclés pour les plus rapides :

15h27 / Premier abandon de cette 88e édition, confirmé : c'est fini pour la Porsche #88 du Dempsey-Proton Racing et son trio de pilotes Thomas Preining, Dominique Bastien, Adrien de Leener. Conséquence d'un contact avec la Ferrari #61 au 2e tour, cette 911 RSR engagée en catégorie GTAM aura tenu 24... minutes en course.

15h23 / La Toyota #8, aux mains de Sébastien Buemi, est rentrée dans son stand pour un changement de pneu arrière. Les capteurs de la voiture pourraient avoir repérer un début de crevaison.

15h14 / Impressionnant "tout droit" et fin de parcours dans les graviers non loin de la passerelle Dunlop pour la voiture #35 d'Eurasia Motorsport, avec à son volant Nobuya Nakayama

15h07 / La Porsche n°88, endommagée lors du tête à queue de la Ferrari #61, n'est toujours pas repartie

15h00 / Après la première demi-heure de course, c'est la Toyota #7 de Mike Conway qui est en tête de ces 88e 24 Heures du Mans dans la catégorie-reine, LMP1

14h56 / Le record du temps au tour revient à Bruno Senna sur sa Rebellion #1 : 3'19''264

14h55 / Spectaculaire tête à queue pour la Ferrari #61, sortie momentanée des drapeaux jaunes.

14h49 / Pénalité pour l'écurie de Philippe Sinault : l'Alpine #36 s'est rendue coupable de "franchissement de la ligne de sortie des stands", André Negrao écope d'un "drive through" !

14h41 / Meilleur temps au tour réalisé par Mike Conway sur sa Toyota #7 : 3'19''635

14h39 / Arrêt au stand dès le premier tour pour l'Alpine #36 que pilote André Negrao : capot moteur ouvert, cinq minutes d'intervention avant que le prototype ne reparte pour tenter de récupérer son retard

14h31 / Premières centaines de mètres sagement négociées par tous les pilotes : aucun accrochage au départ et, sans surprise, c'est Mike Conway avec la Toyota #7 qui mène la danse

14h30 / C'est parti pour la 88e édition des 24 Heures du Mans ! Après le tour de formation, les 59 voitures ont été "libérées" par Carlos Tavares qui a agité le drapeau tricolore. Il ne pleut pas -encore-, mais la piste est "grasse", attention !

14h19 / Carlos Tavares, président du directoire de Peugeot, donnera le départ des 88e 24 Heures du Mans en agitant le drapeau tricolore dans dix minutes : "C'est l'épreuve la plus difficile et la plus prestigieuse du monde automobile, elle constitue l’écrin parfait pour exprimer ma passion pour le sport automobile, l’automobile et la technologique automobile !" s'enthousiasmait-il quelques jours plus tôt


14h05 / C'est le pilote britannique Mike Conway, au volant de la Toyota #7 qui s'élancera en pole position pour le tour de formation avant la "libération des fauves" à 14h30. Suivent : Bruno Senna, le Brésilien, sur la Rebellion #1 et Sébastien Buemi, le Suisse, sur la seconde Toyota, la #8.

13h55 / Quel intérêt y a-t-il à suivre la course cette année ? "Les raisons ne manquent pas !" répond Jonathan Lateur, qui s'apprête à nous faire vivre la course en direct sur Sweet FM : "L'événement promet d'être animé notamment en raison du décalage de la date, puisqu'on aura quatre heures de nuit supplémentaires comparé à la mi-juin ! Et la météo, qui s'annonce changeante avec probablement de la pluie, risque fort de pimenter les choses !" précise-t-il. "On a cette année pas moins de quarante pilotes débutants sur la piste" renchérit notre second commentateur, Corentin Allain : "Ils n'ont presque pas fait de roulage avant le grand départ, hormis les quelques tours de qualifs..."

13h50 / Contexte assez inédit pour ces 88e 24 Heures du Mans : crise sanitaire et précaution obligent, la plus grande course d'endurance automobile au monde se déroule à la mi-septembre et sans public. Les 59 équipages engagés se préparent à la procédure de départ en vue du coup d'envoi, qui sera donné à 14h30