Info Loir-Et-Cher

Loir-et-Cher : la typologie du virus et son évolution

18 septembre 2020 à 16h11 Par Nicolas Terrien
Si le Loir-et-Cher reste relativement sous contrôle, une extrême vigilance reste de mise pour tous
Crédit photo : Nicolas Terrien

Selon une étude menée par les pouvoirs publics au 31 août 2020, huit personnes positives sur dix sont âgées de 15 à 44 ans en Loir-et-Cher. Le département reste, malgré tout, l'un des moins exposés de la région.

Devant la presse ce vendredi 18 septembre, le préfet de Loir-et-Cher a dressé le panorama de l’évolution de l'épidémie de Covid-19, sur la base de 30 000 tests effectués à la fin août. "C’est un échantillon assez représentatif" estime Yves Rousset même si depuis, on assiste à une accélération du virus. Le principal enseignement de cette photographie, c’est que 79% des personnes testées positives ont entre 15 et 44 ans. Dans cette tranche d’âge, il s’agit à 40% de femmes et 60% d’hommes, essentiellement hors institutions types Ehpad ou IME (97%). 48% de ces cas sont asymptomatiques et 5% sont des soignants.

Presque 50 cas nouveaux par jour

L’évolution de l’épidémie est étroitement suivie, notamment à l’occasion des réunions du Centre opérationnel départemental (COD) qui se réunit trois fois par semaine.  Chaque jour en moyenne, 45 nouveaux cas sont constatés en Loir-et-Cher, avec pour chacun entre trois et dix cas contacts identifiés. Un unique individu aurait même jeté la suspicion sur une quarantaine de personnes à lui seul ! Ces dernières sont invitées à se tester, et à s’isoler le temps d’obtenir leur résultat. Pour les personnes qui ne peuvent rester confinées chez elles parce qu’au contact de personnes à risque, un hôtel est mobilisé sur l’agglomération blésoise.

Pas de cluster en Loir-et-Cher

Même si le taux d’incidence a bondi cette semaine, passant de 13 lundi à 23 cas actuellement pour 100 000 habitants, on est encore loin du seuil des 50, déclencheur de la mise en zone rouge qui implique de sévères restrictions (fermetures prématurées des cafés-restaurants, annulation de manifestations culturelles ou festives). "Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois début octobre restent programmés, mais on serait amené à les annuler si le virus explosait d’ici là" prévient Yves Rousset. A ce jour, aucun cluster n’est identifié. Trois classes restent fermées dans deux écoles (Huisseau-sur-Cosson et Vineuil). Quatre hospitalisations sont en cours et une personne est décédée des suites d'une contamination par le coronavirus en Loir-et-Cher il y a quelques jours.

Encore des tests dans les communes

La ville de Blois met la salle Jorge-Semprun à la disposition de la préfecture et de l’Agence régionale de santé pour quatre jours de dépistages gratuits (lundi 21, mardi 22 et mercredi 30 septembre, puis jeudi 1er octobre). Une opération similaire est organisée à Mer (mardi 22 septembre de 12h à 19h à l’espace culturel). Là encore, il s’agit d’un test virologique RT-PCR, soit un prélèvement par voie nasale. En Loir-et-Cher, les délais d’attente pour les résultats restent plutôt raisonnables : "Il faut compter 24 à 48 heures pour les laboratoires locaux, et plus de cinq jours lorsque les tests sont envoyés ailleurs" précise le préfet.