Info Loir-Et-Cher

Loir-et-Cher : les dépistages gratuits s’enchaînent

22 septembre 2020 à 11h23 Par Nicolas Terrien
A Blois comme ailleurs, seules quelques minutes suffisent pour bénéficier d'un test fiable et gratuit
Crédit photo : Nicolas Terrien

Blois, Mer, Lamotte-Beuvron... Les campagnes de dépistage gratuit se poursuivent cette semaine en Loir-et-Cher. Un département au taux d’incidence parmi les plus bas de la région Centre-Val-de-Loire.

Selon l’ARS, 58 personnes ont été déclarées positives au Covid-19 la semaine dernière en Loir-et-Cher. Les tests de masse se multiplient sur le territoire, comme c’est le cas depuis lundi salle Jorge-Semprun à Blois. "En moyenne, nous réalisons 2 500 prélèvements quotidiens, et nous rendons autant de résultats chaque jour" indique le docteur Christian Chillou du laboratoire tourangeau "Laborizon". D’ici la fin de cette semaine, la structure devrait multiplier par deux ses capacités : le but est de resserrer les délais d’émission des résultats, "à ce jour de 24 à 48 heures pour les personnes avec des symptômes ou contacts, et plus de 72 heures pour les autres".

Christian Chillou

Quatre jours de tests gratuits à Blois

Si la fréquentation a semblé marquer le pas lundi après-midi, quelques dizaines de personnes se sont présentées en fin de matinée. Les équipes laborantines peuvent aussi bénéficier du renfort d’infirmières libérales, comme Carine Renou qui officie à Blois : "C’est normal d’apporter son aide, d’autant que ça se passe bien, même si beaucoup de gens sont stressés". Entre la prise d’informations et le test PCR en lui-même, seules quelques minutes s’écoulent. "C’est vrai que c’est désagréable !" commente une habitante du quartier en essuyant ses yeux avec un mouchoir tendu par l’infirmière. Grâce à un mot de passe fourni, cette dame pourra consulter ses résultats en ligne dès qu’ils seront disponibles.

A Blois, le labo "Laborizon" a fait appel à des infirmières libérales pour renforcer ses équipes de prélèvement. ©Nicolas Terrien

Accélération des dépistages

Les campagnes de tests gratuits destinés au grand public s’enchaînent dans la région, avec 35 429 personnes à s'y être soumises dans la semaine du 7 au 13 septembre -dont 5 913 en Eure-et-Loir et 2 202 en Loir-et-Cher-. Les préfectures et l’Agence régionale de santé proposent des opérations dans les communes, "afin de renforcer la connaissance du niveau de circulation du virus", explique l’ARS. En Loir-et-Cher, les dépistages ont débuté ce lundi en fin de matinée dans la salle Jorge-Semprun à Blois, pour se poursuivre ce mardi de 7h30 à 16h puis les 30 septembre et 1er octobre. Des prélèvements par voie nasale seront également effectués ce mardi de 12h à 19h à l’Espace culturel de Mer et mercredi aux mêmes horaires, salle des fêtes, à Lamotte-Beuvron.

Le virus toujours d’attaque

C’est un fait, l’épidémie de coronavirus continue de progresser en France. Ce dimanche 20 septembre, 10 569 nouveaux cas positifs de Covid-19 et douze décès supplémentaires étaient enregistrés, portant à 31 585 le nombre de morts depuis le début de l'épidémie. 55 départements sont classés "rouge" sur un total de 89 placés en "situation de vulnérabilité". La Sarthe, le Loiret et l’Indre-et-Loire sont en zone de circulation active. L’Eure-et-Loir affiche un taux d’incidence de 51,70 pour 100 000 habitants (seuil d’alerte franchi), alors que le Loir-et-Cher, sûrement en sursis, présente un des taux les plus bas du Centre-Val-de-Loire (17,70), ce qui le place quand-même sur le seuil de vigilance.