Info Loir-Et-Cher

Loir-et-Cher : plusieurs gardes à vue parmi les "gilets jaunes"

08 décembre 2018 à 20h14
L’une avait un marteau et des masques à gaz dans son sac, une autre était en possession de deux couteaux... Plusieurs personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue ce samedi en Loir-et-Cher, en marge des manifestations des "gilets jaunes".

Policiers et gendarmes de Loir-et-Cher ont procédé à de nombreux contrôles dans le département ce samedi 8 décembre, en marge de l’appel à manifester à Paris lancé par les "gilets jaunes". Le cas le plus compromettant semble être celui d’un individu de 24 ans, qui entendait monter dans un TGV en gare de Vendôme sans titre de transport : déjà connu pour des "vols aggravés" commis en 2014 et 2015, il a cette fois été placé en garde à vue pour "participation à un groupement en vue de la préparation de violences ou destructions".

Un marteau et des masques à gaz

Pour cause, le jeune homme était porteur d'un sac à dos à l'intérieur duquel se trouvaient "un marteau, un masque noir de déguisement, des masques à gaz, des couvertures de survie, des gilets jaunes sur l'un desquels était écrit à la main "Macron démission", des compresses et du désinfectant" liste Frédéric Chevallier, procureur de la République de Blois, soulignant que l’intéressé a néanmoins assuré vouloir monter à la capitale "sans autre intention que manifester pacifiquement".

Deux couteaux sur elle

Par ailleurs, une femme âgée de 20 ans, inconnue des services de police, a été interpellée et placée en garde à vue dans la matinée de ce samedi 8 décembre, après avoir été retrouvée en possession d'armes de catégorie D : "Elle se trouvait sur un barrage de manifestation des gilets jaunes au péage de Blois desservant l'A10 et portait à la ceinture de son pantalon un étui de couteau dans lequel se trouvait un Opinel replié" explique Frédéric Chevallier.

Fouille de sac à dos

Le procureur ajoute que "lors de la fouille de son sac à dos, il a été retrouvé une trousse de secours à l'intérieur de laquelle se trouvaient un autre couteau de cuisine de dix centimètres et tout un équipement médical". Aux forces de l’ordre, la manifestante a tenté de justifier la présence de ces couteaux "par sa pratique de l'équitation qui l’amène habituellement à porter ce type d’objets". Son téléphone portable a été saisi.

Menaces à l'encontre des forces de l'ordre

Enfin, deux hommes, âgés 21 et 46 ans, ont quant à eux été placés en garde à vue ce samedi à 17h pour des faits de "menaces de mort sur personnes dépositaires de l'autorité publique" -en l’occurrence, des policiers de la DDSP 41-, "d'outrages et de rébellion" : les intéressés se sont opposés aux forces de l'ordre sur le rond-point dit de "la patte d'oie" au sud de Blois, où ils s’étaient a priori "agrégés aux manifestants gilets jaunes qui se trouvaient sur place sans être de ceux-ci" précise Frédéric Chevallier.