Info Normandie

Normandie : colocation solidaire pour femmes enceintes en difficulté

24 septembre 2021 à 18h11 Par Julien Dubois
La colocation accueillera huit jeunes femmes, dont quatre enceintes
Crédit photo : AdobeStock

Une colocation solidaire, la première en Normandie, s’apprête à ouvrir ses portes, à Rouen. Quatre femmes enceintes ou jeunes mamans en difficulté vivront avec quatre volontaires, âgées de 23 à 35 ans, dans une grande maison du centre-ville.

Déjà présente dans six villes de France, l’association "La Maison de Marthe et Marie" s’implante en Normandie. Créée en 2010 par une sage-femme, la structure propose à des jeunes femmes enceintes, en rupture avec leur conjoint ou leur famille, de cohabiter avec d’autres personnes, dans un environnement reposant et sécurisant. "Quand elles arrivent, au bout de deux jours, elles se focalisent enfin sur leur grossesse. Du jour au lendemain, elles peuvent s’établir dans une maison" explique Amélie Merle, la directrice de la Maison de Marthe et Marie.

Renouer avec le lien social

A partir du mois d’octobre, les quatre futures mamans, qui intégreront de manière progressive la colocation rouennaise, seront entourées de quatre jeunes femmes "volontaires". Ces dernières, âgées de 23 à 35 ans, s’engageront à les accompagner et à passer du temps avec elles lors de moments partagés. "Il y aura au moins une fois par semaine un repas entre toutes les occupantes, elles se retrouveront pour discuter, pour voir comment elles vont, se dire quelles ont été leurs pépites de la semaine" ajoute Amélie Merle.

Un accompagnement personnalisé

La maison, prêtée par le diocèse de Rouen, compte huit chambres, réparties sur deux étages. Les colocataires passeront un an en moyenne au sein de l’habitation, pour laquelle elles paieront un loyer modéré. Le bon fonctionnement de ce grand espace de vie commune sera assuré par la responsable locale de l’association, en charge également de l’accompagnement des mamans après l’arrivée de leur enfant. "Mon rôle, ce sera de les aider à reprendre pied dans la vie, puis de les encourager à faire les démarches pour trouver un logement, un travail ou une place en crèche" assure Amélie de Robillard. Quelques places sont encore disponibles pour les jeunes femmes volontaires, souhaitant s’engager dans cette aventure.

Reportage de Julien Dubois