Info Sarthe

Nouvelle suspicion de sévices sur un équidé retrouvé mort en Sarthe

01 octobre 2020 à 11h17 Par Élise Catalanotti
Dans un enclos à Marigné-Laillé, un propriétaire a découvert l'un de ses chevaux morts
Crédit photo : Sweet FM

Des gendarmes sarthois ont été dépêchés à Marigné-Laillé après la découverte dans la commune ce mardi 29 septembre d’une poulinière en gestation, décédée.

Effroi et consternation ce mercredi 30 septembre parmi les habitants de Marigne-Laillé. La nouvelle de la découverte la veille d’une poulinière sans vie sur la commune s’est répandue rapidement sur les réseaux sociaux. L’animal gisait dans son enclos, en bordure de la forêt de Bercé, et présentait des blessures importantes. Ses propriétaires qui élèvent des chevaux de course étaient passés la veille au soir nourrir les bêtes. Vers 21h, tout semblait alors normal. C'est dans la nuit de lundi à mardi que quelque chose s'est passé. Ils ont découvert le cadavre au matin en se rendant dans le champ pour l'entraînement. Les habitants de la commune qui ont aperçu l’animal près de la clôture évoquent un spectacle insoutenable. "Atrocement mutilée, a priori c'était choquant" explique une habitante de Marigné-Laillé qui possède elle aussi des chevaux. Les gendarmes sarthois, alertés, se sont rendus sur place pour effectuer les premières constatations, et confirment l'ouverture d'une enquête.

Des rondes les jours précédents 

Certains propriétaires de chevaux de Marigné-Laillé, ni rassurés ni convaincus par les explications avancées pour expliquer une possible mort "naturelle" d'une jument également retrouvée morte la semaine précédente à Beaumont-Pied-de-Boeuf, non loin de là, ont décidé de faire des rondes la nuit. Une mesure décidée face aux réponses qu'ils recevaient de la gendarmerie locale. "On a repéré des véhicules qui rôdaient" affirme une jeune cavalière. "A six reprises chez un de mes voisins, et quatre fois chez moi, le même véhicule, on a essayé de le poursuivre une fois, mais on n'a pas réussi à le rattraperDeux-trois nuits avant le drame aussi, j'ai aperçu des lumières dans mon pré, quelqu'un s'y baladait avec une lampe torche vers une heure du matin; on a appelé la gendarmerie, et on a dû se contenter d'un : 'si on arrive à se dégager du temps, on passera, on a d'autres choses sur le feu' de sa part" regrette-t-elle.

Le dispositif de gendarmerie en place 

Les faits recensés d'animaux mutilés dans le département font l'objet d'une attention toute particulière, précise pourtant la gendarmerie de la Sarthe. Les constatations sont effectuées par un technicien en investigation criminelle. "Des patrouilles de gendarmes sont régulièrement commandées, de jour comme de nuit, pour la surveillance du territoire" assure l'état-major des gendarmes dans le département. Leurs dossiers font l'objet d'un suivi par des cellules en lien avec l'OCLAESP -Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique. Le préfet de la Sarthe évoquait ce mercredi 30 septembre huit enquêtes en cours sur ce type d'affaires sur le territoire de la Sarthe, avant d'inviter à la prudence. Les gendarmes recommandent de ne pas tenter d'interpeller les auteurs, et de privilégier un appel au 17.