Info Normandie

Orne : prolongation de l’arrêt nocturne des éoliennes d’Echauffour

14 septembre 2021 à 18h50 Par Julien Dubois
Crédit photo : Adobe Stock

A l’issue d’une réunion, ce mardi 14 septembre, la préfecture de l’Orne a confirmé la poursuite de la tierce-expertise destinée à mettre en conformité le parc éolien d’Echauffour, jugé trop bruyant depuis son installation, en 2019.

Depuis le printemps dernier, les éoliennes d’Echauffour sont à l’arrêt, chaque nuit, de 19h à 7h. Les machines, jugées trop bruyantes, doivent se mettre en règle si elle veulent retrouver une activité normale. "Tant que la tierce expertise n'est pas définitivement terminée, il ne pourra pas être statué sur la conformité réglementaire du parc éolien" a indiqué, ce mardi 14 septembre, la préfecture de l’Orne, à l’issue d’une réunion d’étape, qui a rassemblé les représentants des riverains, l’exploitant éolien et des élus.

Arrêt nocturne du parc jusqu’à juin 2022

La campagne acoustique, qui a débuté au printemps 2021, se poursuivra donc ces prochains mois -"toujours selon des procédures prévues par l'arrêté ministériel du 26 août 2011"- alors que les conditions météorologiques seront différentes de celles observées depuis le début de l'année. "Le tiers expert a justifié de la nécessité de prolonger sa mission sur la période automnale et hivernale, propice notamment aux conditions de vents les plus défavorables en termes d'émergence sonore pour les riverains" précisent les services de l’Etat, qui annoncent dans le même temps "un renforcement du maillage des points de mesure".

Une étude jugée partiale par les riverains

De son côté, le collectif de riverains qui s’est formé pour dénoncer les nuisances provoquées par les éoliennes, est dubitatif quant à la poursuite des mesures acoustiques. Fabien Ferrerri, son porte-parole, estime que l’expert désigné par la société Voltalia est intimement lié au monde de l’éolien : "La préfecture et la DREAL n’ont pas les compétences pour contrôler ce type de choses. C’est beaucoup trop complexe […] Je pense qu’il faut, dans ces cas-là, respecter le contradictoire. Effectivement, Voltalia choisit son expert, mais il aurait fallu qu’en face on écoute aussi le nôtre" estime-t-il. Contacté par nos soins, le tiers expert n’a pas souhaité réagir à ce sujet.

Fabien Ferreri - Porte-parole des riverains d'Echauffour